Olivier Kamanzi : « Nous construisons le pont des affaires entre l’Afrique et les Etats-Unis »

Olivier Kamanzi : « Nous construisons le pont des affaires entre l’Afrique et les Etats-Unis »

Olivier Kamanzi : « Nous construisons le pont des affaires entre l’Afrique et les Etats-Unis »

Olivier Kamanzi : « Nous construisons le pont des affaires entre l’Afrique et les Etats-Unis »

Par Propos Recueillis par Alain Coomlan Tchegnon, Chicago / U.S.A -  

 

Spécialiste en investissements bancaires de formation, Expert en marché des capitaux et philanthrope, l’américain d’origine rwandaise, Olivier Kamanzi préside la Chambre mondiale du commerce africain. Cette organisation met en place plusieurs dispositifs qui encouragent les investissements américains en Afrique.  

Pouvez-vous nous faire, en quelques mots, l’historique de la Chambre mondiale du commerce africain et ses objectifs ?

L’organisation a été créée en avril 2014 avec la mission de promouvoir le commerce, les investissements, les échanges culturels, et l’éducation entre l’Afrique et le monde entier en commençant par les Etats-Unis d’Amérique. Nos objectifs sont entre autres, tisser les relations d’affaires entre le peuple noir américain et la diaspora africaine vivant aux Etats-Unis, inciter les deux différentes parties à investir en Afrique, promouvoir les opportunités d’ affaires et d’échanges commerciaux entre l’Afrique et les Etats Unis. La Chambre aide également à la création des programmes entrepreneuriat au profit des femmes et des jeunes dans le but de créer plus d’emplois, et participe à la mise en place d’une manière effective de l’Accord AGOA qui vise à la booster les échanges commerciaux entre l’Afrique et les Etats-Unis. Par ailleurs, nous favorisons la collaboration ou le partenariat entre les institutions publiques et privées des deux parties, avec l’organisation des colloques ou conférences sur plusieurs thématiques relatives au développement économique, politique et culturel.

Quelles sont vos impressions au terme des activités entrant dans le cadre de la Conférence internationale sur l’investissement de la Diaspora Africaine que votre Institution a organisée en collaboration avec la Fondation PUSH du Révérend Jesse Jackson?

Nous accordons une importance particulière à notre collaboration avec les institutions comme l’Organisation PUSH et son Fondateur Rev. Jesse L. Jackson, Sr. Cela fait trois ans et chaque année notre Chambre en partenariat avec PUSH, nous organisons conjointement 2 programmes annuels. Le premier programme se tient à New York au mois de Février. Il s’agit d’un Sommet International sur l’investissement en Afrique où plusieurs pays Africains sont invités pour rencontrer les investisseurs américains. Le deuxième programme c’est le Forum international sur l’investissement de la diaspora africaine dans le Monde et en Afrique qui se tient au mois de Juin ou Juillet de chaque année. C’est le forum qui vient de se terminer à Chicago aux Etats-Unis avec la participation de plusieurs délégations africaines. Mes impressions sont bonnes d’autant plus que nous avons accueilli pour la toute première fois les plus grands pays d’Afrique en matière économique notamment le Nigeria, l’Afrique du Sud, et l’Egypte. D’autres pays étaient aussi présents comme le Ghana et le Rwanda. Comme vous l’aviez vous-même remarqué, nous avions des investisseurs venant de plusieurs pays: Américains et Chinois qui se sont retrouvés  dans la même salle. Plusieurs accords de collaboration ont été discutés et je crois que même certains accords ont été signes. Par example notre Chambre a signé un Protocole d’Entente avec l’Agence sud-africaine du développment des Jeunes. Cet accord vise à connecter les jeunes entrepreneurs sud-africains avec les entrepreneurs et investisseurs américains et à leur permettre d’avoir accès aux produits africains et aux marchés américains. Grâce à cette conférence nous avons pu jeter les bases de l’organisation d’une Conférence Internationale des jeunes Entrepreneurs Africains de Chicago qui se tiendra l’année prochaine dans l’Etat de l’Illinois.

Quelles sont, selon vous, les opportunités commerciales dont regorge notre continent africain, et comment votre Institution peut-elle accompagner les opérateurs économiques américains dans leur prospection en Afrique ?

Les opportunités sur le continent africain sont nombreuses. Je pense que la première opportunité est que l’Afrique est le premier continent à avoir la majorité de la population qui est jeune, moins de 35ans. C’est une force de main d’œuvre incontournable pour toute société ou investisseur qui veut s’implanter sur le marché africain. Deuxième opportunité,  c’est dans le domaine Agricole ; l’Afrique a la plus large terre arable dans le monde. Je crois que l’investissement dans ce domaine est une opportunité incontournable dans les années à venir. Le secteur d’Energie et du gaz est aussi une autre opportunité quand on sait que plus de 600 millions de foyers n’ont pas accès a l’électricité. Selon, le programme d’électrification de l’agence Americaine de d’aide au developement (USAID), il y a un besoin de $300 milliards de financement dans ce secteur d’électricité. Le secteur financier est aussi important et a un grand rendement sur les investissements. Le taux de la population qui a accès par exemple à compte bancaire ou compte épargne est très faible. Les secteurs des assurances, des pensions, et de paiement sont également prometteurs en Afrique.  Sans oublier les secteurs des technologies, des médias, des télécommunications.  Par exemple, les installations de fibres optiques, de création des bases de données internet et du paiement bancaire par le téléphone mobile constituent des opportunités pour des investissements importants.  Nous voulons continuer à construire le pont des affaires entre les USA et le continent africain.

Quel est votre appel à l’endroit de ceux qui ne connaissaient pas la Chambre mondiale du commerce africain ?

Je vous remercie de m’avoir permis d’expliquer à vos lecteurs ce que fait notre organisation. Je lance un appel aux Africains professionnels comme entrepreneurs de la diaspora à comprendre que l’Afrique a besoin de nous tous pour son vrai et véritable développement. Je leur demande de surtout vulgariser la bonne image de l’Afrique, à présenter l’Afrique comme étant l’actuelle destination des opportunités commerciales, partout où ils sont. Je demande aussi aux Entrepreneurs africains de nous rejoindre parce que nous allons leur ouvrir plus de marchés dans d’autres pays d’Afrique, aux Etats Unis, en Chine, en Inde, en Europe, au Bresil, et ailleurs. Vous pouvez nous contacter en nous envoyant un message à cette adresse : info@africangcc.org

 

Close
Close

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

Close

Close